Secunews
Informatique Internet Smartphones/tablettes

Facebook va avertir les utilisateurs concernés par l’affaire Cambridge Analytica ce lundi

Facebook va avertir les utilisateurs concernés par l’affaire Cambridge Analytica ce lundi

Facebook préviendra à partir de ce lundi 9 avril 2018 ses 87 millions d’utilisateurs affectés par le vol de données de l’entreprise data Cambridge Analytica, parmi ceux-ci figurent 60.957 Belges et 200.000 Français, qui ont été en contact avec une personne ayant téléchargé une application malveillante qui a transmis leurs données à Cambridge Analytica. (un petit bandeau avec un message au dessus de votre timeline apparaitra)

La majorité des personnes affectées par ce scandale sont des utilisateurs américains, mais Facebook a informé la Commission européenne que 2,7 millions d’entre eux sont des ressortissants européens

Mark Zuckerberg, le fondateur et CEO de Facebook, doit se rendre mardi et mercredi devant le Congrès pour témoigner face aux députés américains.

Le jeune milliardaire devra notamment expliquer comment il est possible que son groupe ait ainsi perdu les données de dizaines de millions de ses membres.

Sous le feu des critiques, Mark Zuckerberg s’est engagé dans une contre-offensive politique et médiatique pour convaincre les utilisateurs de Facebook et les pouvoirs publics que sa société avait pris conscience de sa responsabilité.

Il a annoncé une série de mesures, correspondant en partie à un alignement avec une nouvelle législation européenne qui doit entrer en vigueur le 25 mai 2018 dans l’UE, ‘le Règlement général sur la protection des données personnelles’ (RGPD).

Cette législation imposera notamment à toutes les entreprises d’obtenir “le consentement explicite” des clients si elle veut transmettre leurs données personnelles à une tierce partie ou si elle veut en faire un usage autre que celui initialement prévu.

Il y aura aussi “obligation pour celui qui utilise les données d’informer rapidement le consommateur d’une possible violation de la confidentialité, en exactement 72 heures”, a détaillé M. Wigand, le porte-parole de la Commission européenne.

En cas de violation des règles, “il y aura un pouvoir de sanction renforcé pour les autorités de protection des données”, a-t-il ajouté, précisant que les sanctions pourraient atteindre “jusqu’à 4% du chiffre d’affaires international de l’entreprise concernée”.


Voir aussi
:
De nouveaux outils pour contrôler vos données en toute simplicité sur Facebook.

0
0

Commentaires

Laisser un commentaire