Secunews
Internet

Un Palestinien arrêté par erreur à cause d’un message en arabe mal traduit par Facebook

Un Palestinien arrêté par erreur à cause d’un message en arabe mal traduit par Facebook

Les traductions en ligne sont souvent involontairement drôles, mais pour cet utilisateur palestinien, un simple message a failli virer au cauchemar.

Le journal israélien Haaretz raconte l’histoire de cet utilisateur palestinien, qui posta innocemment une photo sur le célèbre réseau social.

On le voyait poser sur un chantier, a coté d’un bulldozer.
Le message était simple : “يصبحهم” ou “yusbihuhum”, qui peut se traduire par “Bonjour” ou ‘Bonne journée’.

Malheureusement, Facebook n’a semble-t-il pas révisé son arabe, puisque la traduction affichait “Attaque-les” en Hébreux, et “blesse-les” en anglais.

Très vite, la publication est partagée et arrive aux oreilles de la police israélienne, qui sans vérifier la véritable traduction, pense qu’il s’agit là d’une menace et que l’homme prépare une attaque au bulldozer.

Il faudra quelques heures à la police pour comprendre leur erreur, et beaucoup plus à Facebook pour s’excuser auprès de cet homme.

“Malheureusement, notre système de traduction a commis une erreur, en interprétant mal la publication d’un utilisateur. Nous lui présentons nos excuses ainsi qu’à sa famille pour cette erreur et les troubles engendrés”.

Voilà la réponse officielle du réseau social, un peu légère, même si on explique que le problème est actuellement analysé par les équipes en charge de la traduction.

Pour rappel, les traductions sur Facebook sont entièrement automatisées et gérées par une intelligence artificielle.

Chaque jour, plus de 4,5 milliards de publications sont traduites sur le site.

Des arabophones ont expliqué au quotidien que le problème venait de la transcription faite par Facebook qui ne correspondait à aucun mot arabe actuel mais pouvait s’approcher du verbe ‘blesser’, d’où son utilisation pour la traduction finale.

Une autre source a indiqué à Times of Israel qu’il n’y avait qu’une lettre d’écart entre les expressions en arabe local ‘bonne journée à tous’ et ‘blessez-les’, ce qui pouvait aussi avoir induit l’algorithme de Facebook en erreur.

Google Translate commet aussi des erreurs

L’outil de traduction automatique de Facebook n’est pas le seul à avoir parfois du mal à faire du bon travail.

Celui de Google repasse ainsi par l’anglais pour passer d’une langue à une autre.

Du coup, pour traduire ‘il pleut des cordes’ du français vers l’italien, le programme fait un premier travail qui donne ‘it’s raining cats and dogs’ avant de transformer la phrase en italien ‘È pioggia i gatti’, ce qui n’a pas de sens.

Plus gênant, en janvier 2016, le service en ligne proposait une traduction entre le russe et l’ukrainien qui aurait pu causer un incident diplomatique : le terme «Fédération de Russie» était en effet remplacé par «Mordor», le pays peu accueillant dominé le Seigneur des Ténèbres dans l’univers de Tolkien.

Quant au mot ‘Russes’ il avait été traduit par ‘occupants’.
Pour la firme de Mountain View, un bug informatique était à l’origine de ce couac.

 

La traduction automatique, un champ de l’intelligence artificielle, a connu d’importantes avancées ces dernières années, notamment grâce aux progrès du ‘deep learning’, une méthode d’apprentissage profond.

Malgré cela, le chemin reste encore considérable avant d’aboutir à des traductions de niveau humain et, surtout, de pouvoir s’y fier.

0
0

Commentaires

Laisser un commentaire