Secunews

6 Results Found

Search Results for: Assange

Opération payback contre des sites pour venger Julian Assange
Divers

Opération payback contre des sites pour venger Julian Assange

Plusieurs sites Internet, appartenant notamment à des services bancaires, font l’objet d’attaques informatiques depuis plusieurs jours, sans que l’on puisse déterminer s’il s’agit d’attaques coordonnées.

Le blog officiel de PayPal a fait l’objet d’attaques durant plusieurs jours, aprés la décision de l’entreprise de geler le compte utilisé par WikiLeaks le 4 décembre 2010, indisponible par intermittence durant le week-end, le site est de nouveau accessible en ce début de semaine.

L’attaque a été revendiquée par un internaute sous le pseudonyme « th3j35t3r ».

Le site des services financiers de la banque postale suisse, qui a gelé un compte ouvert par Julian Assange, fait également l’objet d’attaques soutenues et est encore inaccessible mercredi, un porte-parole de la banque a attribué mercredi l’origine de ces attaques aux « anonymous« , un groupe non structuré censé émaner du forum de discussion 4chan.

Si des appels à la vengeance ont effectivement été lancés sur le forum, sous le nom d' »opération vengeance » (« operation payback« ), le nombre de personnes y participant, leurs éventuels liens et même leur proximité avec 4chan ne sont pas avérés.

Des sites de Mastercard et Visa, qui ont annoncé en début de semaine avoir bloqué des cartes de crédit utilisées par M. Assange et WikiLeaks, font également l’objet d’attaque dites de Déni de service », et le site de Mastercard n’était pas accessible mercredi.

Le site et les e-mails de l’avocat des deux Suédoises accusant Julian Assange de « viol et agression sexuelle » ont aussi été visés par une attaque informatique a annoncé leur avocat, Me Claes Borgstrˆm mercredi matin, aprés un piratage similaire visant le site du parquet.

Citation:

« Nous pensons que ce sont les mêmes personnes qui ont attaqué le site des procureurs », a affirmé l’avocat.

Cible mardi d’une cyber-attaque, le site internet du parquet suédois qui est à l’origine des poursuites contre Julian Assange détenu depuis mardi à Londres, fonctionnait à nouveau mercredi matin.

Le site de WikiLeaks est lui-même la cible de cyberattaques depuis qu’il a commencé à mettre en ligne une partie des 250.000 c‚bles diplomatiques américains en sa possession, et que cinq journaux dont Le Monde ont pu consulter, le 28 novembre 2010.

(source:lemonde)

La CIA peut transformer les télévisions et les smartphones en appareil d’écoute
Piratages

La CIA peut transformer les télévisions et les smartphones en appareil d’écoute

La CIA (agence de renseignement américaine) peut transformer votre télévision en appareil d‘écoute, contourner les applications de cryptage et peut-être aussi contrôler votre véhicule, selon des documents publiés mardi par WikiLeaks et présentés comme internes à l’agence elle-même. Le site créé par l’Australien ‘Julian Assange‘ affirme que ces documents prouvent que la CIA opère d’une…

Procès à haut risque pour le lanceur d’alerte Antoine Deltour et Raphaël Halet
DiversInformatiqueInternetPiratages

Procès à haut risque pour le lanceur d’alerte Antoine Deltour et Raphaël Halet

Le scandale avait éclaté en novembre 2014, dévoilant au grand jour les pratiques de firmes comme Apple, Ikea et Pepsi pour économiser des milliards de dollars d’impôts à l’époque où le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker était Premier ministre du Luxembourg (1995-2013). Le procès, qui doit durer jusqu’au 4 mai 20106 et sera…

Divers

Anonymous ne soutient plus WikiLeaks

Le collectif d’ » hacktiviste  » a mal pris la nouvelle méthode d’appel aux dons de Julian Assange, qui oblige les internautes à partager une vidéo ou à faire une donation pour accéder aux documents publiés sur le site.  Sur internet, ils s’en prennent au fondateur avec véhémence. L’histoire d’amour entre les Anonymous et WikiLeaks, c’est de l’histoire…

La guerre va continuer promettent les hackers pro-WikiLeaks
Divers

La guerre va continuer promettent les hackers pro-WikiLeaks

Alors que plusieurs sites de personnalités ou d’entreprises ont subi des attaques d’un groupe de hackers baptisé « Anonymous », l’un d’eux s’est justifié jeudi dans une intervention sur la BBC, en promettant d’autres actions prochaines.

La « cyberguerre » a commencé avant même la publication des 250.000 documents confidentiels de la diplomatie américaine par WikiLeaks, lorsque le site a subi une attaque en « déni de service » de la part d’un hacker décidé à le bloquer, depuis, les fameux documents ont été rendus accessibles, plongeant les autorités américaines dans l’embarras.

« Nous voulons que l’internet reste libre »

Et ces cyber-attaques contre les sites hostiles à WikiLeaks « vont continuer », a promis jeudi matin un porte-parole du groupe Anonymous sur la radio BBC.

Citation:

« La campagne n’est pas terminée.
Cela va se renforcer, de plus en plus de gens nous rejoignent pour aider », a indiqué à la radio celui qui a pris le nom d’emprunt de « Coldblood » (sang-froid).

Citation:

Il a expliqué que « de plus en plus de gens téléchargent le programme botnet », qui permet de lancer à partir de milliers d’ordinateurs simultanément des attaques informatiques massives contre un site, le mettant hors service.

« C’est une guerre informatique, nous voulons que l’internet reste libre et ouvert à tous, exactement comme il l’a toujours été », a justifié Coldblood.

Citation:

Selon lui, Anonymous n’est pas un groupe organisé,
« il ne suit aucun cadre conventionnel, c’est juste un groupe de gens et quand une idée circule, si ces gens la trouvent bonne et bien ils la mettent en oeuvre ».

Coldblood lui-même affirme n’avoir jamais été en contact personnel avec WikiLeaks.

Citation:

« C’est trés dur de rentrer en contact avec eux, la seule personne que vous pouviez obtenir était Julian, mais il est indisponible pour le moment ».

De même, malgré l’incarcération d’Assange, sa petite équipe de collaborateurs, qui se dit forte d’environ « 800 volontaires », a promis que « tout ça va continuer comme jamais ».

Les fuites embarrassantes se sont d’ailleurs poursuivies ces derniers jours.