Secunews
Divers

La guerre va continuer promettent les hackers pro-WikiLeaks

La guerre va continuer promettent les hackers pro-WikiLeaks

Alors que plusieurs sites de personnalités ou d’entreprises ont subi des attaques d’un groupe de hackers baptisé “Anonymous”, l’un d’eux s’est justifié jeudi dans une intervention sur la BBC, en promettant d’autres actions prochaines.

La “cyberguerre” a commencé avant même la publication des 250.000 documents confidentiels de la diplomatie américaine par WikiLeaks, lorsque le site a subi une attaque en “déni de service” de la part d’un hacker décidé à le bloquer, depuis, les fameux documents ont été rendus accessibles, plongeant les autorités américaines dans l’embarras.

“Nous voulons que l’internet reste libre”

Et ces cyber-attaques contre les sites hostiles à WikiLeaks “vont continuer”, a promis jeudi matin un porte-parole du groupe Anonymous sur la radio BBC.

Citation:

“La campagne n’est pas terminée.
Cela va se renforcer, de plus en plus de gens nous rejoignent pour aider”, a indiqué à la radio celui qui a pris le nom d’emprunt de “Coldblood” (sang-froid).

Citation:

Il a expliqué que “de plus en plus de gens téléchargent le programme botnet”, qui permet de lancer à partir de milliers d’ordinateurs simultanément des attaques informatiques massives contre un site, le mettant hors service.

“C’est une guerre informatique, nous voulons que l’internet reste libre et ouvert à tous, exactement comme il l’a toujours été”, a justifié Coldblood.

Citation:

Selon lui, Anonymous n’est pas un groupe organisé,
“il ne suit aucun cadre conventionnel, c’est juste un groupe de gens et quand une idée circule, si ces gens la trouvent bonne et bien ils la mettent en oeuvre”.

Coldblood lui-même affirme n’avoir jamais été en contact personnel avec WikiLeaks.

Citation:

“C’est trés dur de rentrer en contact avec eux, la seule personne que vous pouviez obtenir était Julian, mais il est indisponible pour le moment”.

De même, malgré l’incarcération d’Assange, sa petite équipe de collaborateurs, qui se dit forte d’environ “800 volontaires”, a promis que “tout ça va continuer comme jamais”.

Les fuites embarrassantes se sont d’ailleurs poursuivies ces derniers jours.

0
0