Secunews
Jeux-Vidéos Piratages

Ubisoft traque les ventes anticipées, avec une amende de 500.000 euros à la clé

Ubisoft traque les ventes anticipées, avec une amende de 500.000 euros à la clé

500.000 euros, c’est l’amende qui attend les revendeurs de jeux vidéo qui mettraient en vente Watch Dogs avant la date de lancement officiel.

Ubisoft, l’éditeur du jeu, a brandi la menace alors que de nombreux internautes ont réussi à se le procurer.

Si à l’heure des réseaux sociaux, il devient quasiment impossible de maintenir le suspense et la surprise avant la sortie d’un produit, les éditeurs tiennent encore à garder la main sur la date de sortie de leur jeu vidéo.

Après la folie GTA V qui s’était vendu à prix d’or, plus ou moins sous le manteau, dans de vraies boutiques quelques jours avant sa sortie, Ubisoft a tenu à anticiper le coup pour la sortie de Watch_Dogs.

Selon le site Gameblog, Ubisoft a pris des mesures radicales pour s’assurer que sa dernière perle ne soit vendue qu’à partir du 27 mai 2014.

Les revendeurs ont ainsi été prévenus qu’une vente avant le jour J serait lourde de conséquences aussi bien financières qu’économique, 500.000 euros d’amende et la non-réception des titres de fin d’année du géant français, à commencer par le prochain Assassin’s Creed Unity.

Entre les envois anticipés des marchands en ligne qui promettent à leurs clients le jeu le jour même de sa sortie et prennent de la sécurité sur les délais d’acheminement, et les petits revendeurs qui mettent en vente (et à régler en liquide à un prix supérieur) les jeux dès réception du stock pour faire du chiffre, les éditeurs n’arrivent plus à gérer. Si cette mesure n’est pas inédite, le montant annoncé de l’amende à de quoi refroidir.

Seulement, Gameblog explique que ces menaces ne sont que rarement suivies d’effets et qu’elles ne pèsent finalement que sur les grandes enseignes qui sont en contact direct avec Ubisoft.

Alors que le souci vient généralement des revendeurs individuels qui passent par des intermédiaires.

Sur Twitter, certains affichent déjà clairement leur trophée qu’ils ont pu acquérir à Paris et en proche banlieue dans certaines boutiques indépendantes.

De quoi faire fulminer Ubisoft car les fuites se sont multipliées sur le net, dévoilant des vidéos du jeu, le gameplay ou encore les spécificités (arbre de compétences et carte du monde ouvert).

L’éditeur aurait même tenté de faire supprimer quelques vidéos sur YouTube afin de préserver le mystère jusqu’au 27 mai.

Mais si les plus impatients, qui attendent le jeu depuis près de six mois (la sortie initiale était programmée pour novembre 2013), cela ne portera guère préjudice au jeu.

Watch_Dogs a enregistré des précommandes record (sans toutefois dévoiler le chiffre).

Ironie de l’histoire, le jeu figure également en tête des demandes… de piratage sur certains sites de téléchargement illégal.

A titre d’exemple, la plupart des actes de piratage perpétrés dans le cours du jeu consistent à infecter des systèmes automatisés.

C’est là une tendance relativement nouvelle, apparue il y a quelques années avec le ver Stuxnet, qui s’attaquait aux systèmes industriels de pilotage d’un site nucléaire iranien.

Cela montre comment un programme informatique peut causer des dégâts concrets, puisque Stuxnet a endommagé des équipements physiques.

Or cela est également possible dans le jeu Watch Dogs.

Bien que certaines de ces attaques soient très similaires à celles observées dans le monde réel, cela reste fort heureusement une simulation!

Il faut comprendre que Watch Dogs n’apprend pas à pirater mais peut donner une idée de la puissance potentielle d’un outil de piratage., en espérons que ce jeu va sensibiliser le public aux questions de sécurité des réseaux dans les villes du futur qui doivent être prises très au sérieux car une attaque pourrait avoir des conséquences catastrophiques.

 

Disponible le 27 mai 2014 sur PC, PS3, PS4, Xbox 360 et Xbox One
Prix: de 45 à 59 euros

Voir aussi:
Watch Dogs trailer mai 2014 (9 minutes)
Watch Dogs, c’est pour le 27 Mai 2014

0
0

Commentaires

Laisser un commentaire