Secunews
Piratages

Prism : La patronne de Yahoo craint la prison

La patronne de Yahoo, Marissa Mayer, a déclaré mercredi 11 septembre 2013, qu’elle redoutait la prison pour haute trahison si elle refusait d’obtempérer aux demandes des services d’espionnage américains de renseignements sur les utilisateurs de Yahoo. 

Mme Mayer a fait ces commentaires au forum sur les nouvelles technologies TechCrunch Disrupt à San Francisco alors qu’elle était interrogée sur ce qu’elle envisageait de mettre en place pour protéger les utilisateurs de Yahoo contre ce “gouvernement tyrannique”.

Selon elle, Yahoo examine et résiste aux demandes de renseignements du gouvernement américain, mais si la société perd ces batailles, elle devra obtempérer ou risque de passer pour un traitre, les demandes de renseignements autorisées par la justice sont imposées à l’entreprise avec interdiction pour celui qui les reçoit d’en parler et même d’en révéler l’existence.

Citation:

“Si vous ne coopérez pas, c’est une trahison”, a déclaré Mme Mayer soulignant qu’elle ne pouvait donner plus de détails sur les demandes des agences de contre-espionnage concernant les utilisateurs de Yahoo.

“Nous ne pouvons pas en parler parce que ce sont des informations classées”, a-t-elle ajouté.
“Révéler ce type d’information relève de la trahison et vous êtes incarcéré.

En ce qui concerne la protection de nos utilisateurs, il y a plus de sens à travailler à l’intérieur du système”.

Les groupes technologiques américains sont sous pression après les révélations sur le programme américain de surveillance “Prism”, grâce auquel l’Agence de sécurité nationale américaine ( NSA ) a obtenu d’eux des milliers de données numériques concernant des utilisateurs d’internet.

Les sociétés internet assurent ne divulguer des informations qu’en réponse à des injonctions formelles de tribunaux, se défendant de toute complaisance avec les autorités américaines, ces dernières insistent sur le fait que ces surveillances sont légales et ont permis de contrecarrer des dizaines d’attentats.

Rappelons que Microsoft, Google, Yahoo et Facebook ont tous les quatre déposé des recours auprès de la FISC (U.S. Foreign Intelligence Surveillance Court) pour obtenir l’autorisation de publier certaines données agrégées sur le nombre de demandes qu’ils reçoivent du gouvernement américain.

Chacune des quatre entreprises souligne que des compte-rendus inexacts dans la presse nuisent à sa réputation et qu’une plus grande transparence l’aiderait à se défendre.

Citation:

Yahoo estime sur un de ses blogs que “refuser de telles informations nourrit la méfiance et la suspicion, envers les Etats-Unis et les compagnies qui doivent se conformer aux directives légales du gouvernement”.

Le temps de la transparence

Citation:

“Le moment est venu de plus de transparence”, concluent de leur côté chez Google Richard Salgado et Pablo Chavez, respectivement en charge des questions de sécurité de l’information et des affaires publiques et gouvernementales.

Yahoo avait la semaine dernière déclaré avoir reçu depuis le début de 2013 quelque 29.000 demandes de données sur ses utilisateurs, venant de 16 pays, dont plus de 12.000 des autorités américaines.

0
0

Laisser un commentaire