Secunews
Internet Piratages

Le FBI pirate 1.500 ordinateurs dans une opération anti-pédopornographie

Le FBI pirate 1.500 ordinateurs dans une opération anti-pédopornographie

Un des plus grand site caché de pédopornographie a été piraté par le FBI, qui a ainsi pu piéger plus d’un millier de ses visiteurs, pourtant censés être protégés par TOR, un réseau permettant de rendre anonyme une connexion internet.

En février 2015, le FBI identifie les hébergeurs de Playpen, un site d’images pédopornographiques situé sur le dark web (le web caché), rapporte le site Motherboard.

Mais les enquêteurs décident de ne pas fermer le site tout en le déployant depuis ses propres serveurs.

En même temps, le FBI lance un outil de piratage déjà utilisé dans d’autres opérations de surveillance, qu’il appelle ‘Network Investigating Technique’ (NIT)

Un programme malveillant (malware) pour identifier les visiteurs.

Pendant deux semaines, l’outil de piratage déploie un programme malveillant sur les ordinateurs qui se connectent au site Playpen via TOR.

Ce programme permet au FBI d’identifier les utilisateurs grâce à leur adresse IP.

Près de 1.500 utilisateurs de ce site, qui recensait 11.000 visiteurs uniques chaque semaine, sont alors identifiés.

En 2011, l’opération ‘Torpedo’, proche de celle menée contre Playpen, avait permis de collecter 25 adresses IP concernant les visiteurs de trois sites pédopornographiques.
Elle avait mené à une dizaine de procès.

En juillet 2015, cinq Français avaient été interpellés et mis en examen à Fort-de-France pour détention, transmission et diffusion d’images et vidéos pédopornographiques.

Ils avaient été identifiés grâce à un logiciel espion américain qui avait repéré leur adresse IP.

Mais pour Christopher Soghoian, un défenseur de la protection de la vie privée sur Internet, cité par Motherboard, cette technique utilisée par le FBI est alarmante car l’agence n’avait qu’un seul mandat et a pourtant procédé à plus de 1.000 identifications.

[quote]C’est une nouvelle frontière effrayante de la surveillance, et nous ne devrions pas partir dans cette direction sans débat public et sans que le Congrès évalue avec attention si ces techniques devraient être utilisées par les forces de l’ordre.[/quote]

Voir aussi:
Vaincre les réseaux pédophiles
Parents, prudence!
Les dangers d´Internet pour les mineurs
L’arnaque à la webcam se propage sur internet

0
0

Laisser un commentaire