Secunews
Internet

Propagation d’une rumeur sur des enlevements à Charleroi

En début de semaine, une jeune femme aurait été victime d’une tentative d’enlévement en plein centre de Charleroi (Belgique), l’enquête est en cours mais depuis, un mouvement de panique s’empare de certains quartiers.

Des habitants affirment avoir vu la berline suspecte dans plusieurs villes du payss Selon les autorités, cette rumeur est infondée.

Il est 10 heures lundi dernier lorsque Jennifer traverse la place Charles II en plein coeur de Charleroi, la jeune femme de 18 ans remarque alors que deux hommes la fixent.

Elle témoigne:

Citation:

“L’un a dit, elle a au moins 15 ans celle-là et l’autre a répondu oui bien plus que ça, je me suis mise à marcher le plus vite possible mais ils m’ont quand même attrapée”.

Jennifer connait quelques prises de self défense, ce qui lui a permis de s’enfuir de justesse et de ne pas être contrainte à entrer dans la BMW noire.

Convaincue qu’elle vient d’échapper à un enlévement, elle prévient immédiatement la police.

Trés vite, la rumeur se répand notamment sur Facebook et les choses s’emballent.

D’autres cas semblables auraient été signalés, dont un à Jumet.

La rumeur parcourt alors plusieurs dizaines de kilométres paniquant aussi les habitants de Monin, persuadés qu’un enfant a été enlevé dans leur village.

Citation:

“On a même parlé de dons d’organes” témoigne une habitante.
“J’en ai parlé à mes voisins, à mes parents et j’ai demandé à mes enfants de faire attention”, dira un autre.

Voilà comment un bruit, uniquement basé sur des”on dit” court et se faufile de maison en maison, semant l’inquiétude dans la population.

Ce phénoméne est bien connu des spécialistes de la communication.

Pour elle, le fait de donner beaucoup de détails, comme la couleur de la voiture par exemple, tend à crédibiliser l’information qui se construit au fil du temps.

“Quand quelque chose ne va pas ou quand quelque chose fait peur, nous avons besoin de nous raconter des histoires que nous voulons partager”.

Le parquet dément

La rumeur en question a pris elle une telle ampleur, qu’elle est arrivée au Palais de justice de Charleroi, obligeant le parquet à mettre fin aux “on-dit”.

Le premier substitut du procureur du roi de Charleroi, Pierre Magnien, précise que selon les rumeurs qui circulent notamment sur Facebook, 16 dossiers auraient été ouverts à Liége et 6 à Namur.

Citation:

Cependant, dément-il, “les recoupements que nous avons effectués n’ont pas permis de confirmer l’existence de ces plaintes”.

Il précise encore que l’affaire qui concerne Jennifer est “strictement isolée”.

Il n’y a donc pas de quoi paniquer, mais bien de quoi faire taire la rumeur

0
0