Secunews
Internet

Google lance un service de musique en ligne Google music bêta

Détrôné par Apple comme marque la plus puissante, Google envoie déjà sa réplique, le groupe internet américain a lancé mardi “Music Beta”, un service d’offre musicale en ligne.

De quoi concurrencer iTunes ?

Google lance un service d’offre musicale en ligne qui permet de télécharger une collection musicale à écouter partout, avec ou sans connection internet, en synchronisant les dossiers stockés sur divers appareils.

Citation:

“Quand vous téléchargez de la musique sur ce nouveau service, vous pouvez l’écouter sur le web sur PC, smartphone ou tablette Android, a déclaré un responsable de Google, Paul Joyce, en présentant “Music Beta” à San Francisco.

Citation:

Ce service, pour l’instant en version expérimentale et accessible uniquement sur invitation, permet de “constituer une discothéque avec n’importe quel dossier ou une collection iTunes (le service musical d’Apple accessible notamment sur les baladeurs iPod, les iPhones et la tablettes iPad)”, a expliqué Google.

“Et quand vous téléchargez de nouvelles chansons sur votre ordinateur, elles peuvent être automatiquement ajoutées à votre discothéque en ligne”, a expliqué Google.

Le service fonctionnant sur le principe de l’informatique dématérialisée, c’est à dire laissant à Google le soin de stocker les fichiers musicaux, “pas la peine de s’inquiéter pour des histoires de c‚bles, de transferts de dossier ou d’épuisement de capacité de stockage”.

Pour ce qui est de l’accés sans connection internet, il fonctionnera soit pour les chansons récemment écoutées, soit pour une sélection musicale spécifiquement établie.

Légal, selon Google.

Comme l’offre dévoilée par Amazon, celle de Google est lancée sans le soutien des majors.

Citation:

“Nous voulons travailler avec l’industrie musicale, malheureusement, certains labels ne sont pas raisonnables dans leurs demandes”, attaque Jamie Rosenberg, directeur des contenus multimédias d’Android.

Google estime que son offre est légale.

Cela revient au même qu’une sauvegarde en ligne ou un transfert sur un baladeur numérique, juge Rosenberg.

Les majors, elles, cherchent à négocier des nouvelles royalties incluant un droit de streaming, en l’absence d’un accord, le service n’offre pas la possibilité d’acheter de la musique en ligne.

De son côté, Apple continue de négocier en coulisses et pourrait dévoiler une offre globale en juin 2011.

Aprés la premiére dématérialisation du CD vers le MP3, on assiste ici à une seconde vague, o? les fichiers disparaissent dans le nuage pour un accés universel.

Surtout, rappelle Google, “plus besoin de transférer ses fichiers ni de les synchroniser.

Le cordon est en passe d’être définitivement coupé.

Accéder au site Google Music beta
(uniquement valable sur invitation et pour les usa)

0
0