Secunews
Informatique

WhatsApp passe au cryptage complet des conversations, des photos et des vidéos

WhatsApp passe au cryptage complet des conversations, des photos et des vidéos

Le service de messagerie Whatsapp, propriété de Facebook, a annoncé mardi que tous les appels et messages passés et envoyés sur sa plateforme étaient maintenant codés ‘de bout en bout’.

Seul l’émetteur et le récepteur peuvent ainsi les lire.

Aucune manipulation à faire pour l’utilisateur, tout cela est automatique.

Si vous communiquez via WhatsApp, vous avez peut-être remarqué un message apparaître au sein de vos conversations.

[quote]’Les messages que vous envoyez dans cette discussion et les appels sont désormais protégés avec le chiffrement de bout en bout’, indique le texte qui invite l’utilisateur à “toucher pour plus d’informations”. [/quote]

La conséquence de ce cryptage ?
WhatsApp et les tierces parties ne peuvent pas entendre ni voir tout ce qui est échangé.

[quote]’L’idée est simple:
Quand vous envoyez un message, la seule personne qui peut le lire est la personne ou le groupe à qui vous envoyez ce message.

Personne d’autre ne peut rentrer dans ce message.

– Pas les cybercriminels
– Pas les pirates
– Pas les régimes oppressifs
– Même pas nous”, écrivent Jan Koum et Brian Acton, les co-fondateurs du service de messagerie désormais filiale de Facebook, dans un post sur le blog de WhatsApp.[/quote]

Objectif:
Que vos échanges “ne tombent pas entre de mauvaises mains.

Photos et vidéos cryptées.

Le cryptage chez WhatsApp a été disponible dès 2014 pour les seuls messages textuels entre deux utilisateurs mais les messages groupés ou ceux assortis de contenus tels que des photos ou des vidéos n’avaient qu’un cryptage partiel.

Comment ça marche ?

Le chiffrement de bout en bout n’est disponible que sur la dernière version de l’application.
Tout ce que vous partagez (textes, photos, vidéos, etc…) est protégé avec un cadenas et seuls le destinataire et vous avez la clé spéciale qui permet de les déverrouiller et de les lire.

Chaque message que vous envoyez a son propre cadenas unique et sa clé unique, sans nécessiter une action de l’utilisateur.

Pas de paramètres à créer ou à mettre à jour, tout cela est automatique.

Pour vérifier que les messages sont bien cryptés, les utilisateurs sont invités à scanner un QR code ou à comparer une série de chiffres avec ceux présents sur le téléphone de leurs amis.

Les fondateurs de l’application expliquent avoir pris cette décision pour nous rendre moins vulnérables au vol de données sensibles.

[quote]’Récemment, il y a eu beaucoup de discussions à propos des services cryptées et des autorités’, poursuivent-ils.[/quote]

Une allusion au bras de fer entre Apple et le gouvernement américain, qui voulait forcer la marque à la pomme à aider le FBI à pirater un iPhone appartenant à l’un des auteurs de l’attentat de San Bernardino.

Si nous reconnaissons l’importance du travail des autorités pour assurer la sécurité, les efforts déployés pour affaiblir le cryptage risquent d’exposer les gens aux cybercriminels, aux hackers et aux Etats hors-la-loi.

Un message qui risque de mal passer auprès des forces de l’ordre qui estiment que ce type de protection permet aux criminels et aux terroristes d’opérer librement.

D’après des informations de presse, relayées par l’AFP, WhatsApp se trouverait actuellement dans des batailles judiciaires similaires à celle entre Apple et le FBI.

Des médias ont aussi rapporté que le service et son concurrent Telegram avaient pu être utilisés dans les attaques terroristes du 13 novembre 2015 à Paris.

Les Etats-Unis pourraient légiférer pour obliger les groupes technologiques à conserver des “clés” permettant de récupérer les données en cas d’enquête criminelle, et avec un mandat judiciaire.

Des changements de législations sont également discutées en France et au Royaume-Uni.

0
0

Commentaires

Laisser un commentaire