Secunews
Insolites

Les premières images de l’arrestation de Kim Dotcom

La télévision néozélandaise a diffusé les premières images du raid musclé qui a visé la demeure de Kim Dotcom en janvier 2012, et qui a conduit à son arrestation. 

La vidéo, diffusée lors d’une audience qui s’est tenue au tribunal d’Auckland cette semaine, va plutôt dans le sens de la défense du fondateur de Megaupload, qui affirme depuis le départ que les moyens mis en oeuvre pour l’arrêter étaient disproportionnés.

On y voit un hélicoptère qui se pose dans la cour de la demeure, un peu avant 7 heures du matin, et un commando de quatre hommes armés des forces spéciales se diriger vers la maison, ils sont bientôt rejoints par des hommes débarqués de plusieurs vans et d’un second hélicoptère.

Citation:

Kim Dotcom explique au tribunal qu’il a été réveillé par les coups dans la porte, alors que les forces spéciales la défonçaient, ce qui l’a conduit à appuyer sur un bouton prévu pour lancer l’alerte en cas d’urgence, déclenchant l’intervention de ses propres gardes du corps.

Il se précipite alors dans sa “panic room”, une pièce spécifiquement conçue pour qu’il s’y réfugie en cas de danger, les policiers anti-terroristes l’y trouvent 13 minutes plus tard.

Selon Dotcom, ils lui adressent un coup de poing dans la figure et le plaquent au sol violemment.

Les commentaires de la vidéo expliquent que 17 hommes armés de fusils automatiques ont été déployés, sur le toit et autour de la maison, et que l’opération a mobilisé en tout deux hélicoptères, 4 vans et plusieurs chiens entraînés.

Citation:

Pourtant, un policier témoigne au tribunal que la police jugeait faible la menace représentée par Kim Dotcom, ce qui explique que les membres de la mission ne portaient pas tenue de combat complète.

Bizarre, alors, de déployer autant de moyens pour l’arrestation. 

Usage excessif de la force ? Manoeuvre d’intimidation ?

Citation:

Autre détail troublant, alors qu’un des membres des forces spéciales, appelé à témoigner, explique que le premier objectif de la mission, celui qui a justifié cette débauche de moyens, était d’empêcher quiconque de détruire des preuves

Citation:

Dotcom répond que cela aurait été de toute façon impossible puisque le FBI avait déjà saisi les serveurs de Megaupload avant l’opération.
0
0

Laisser un commentaire