Secunews
Piratages

La Justice Néo-Zélandaise autorise l’extradition de Kim Dotcom vers les États-Unis

La Justice Néo-Zélandaise autorise l’extradition de Kim Dotcom vers les États-Unis

Le créateur de Megaupload, Kim Dotcom, de son vrai nom Kim Schmitz, célèbre plateforme de téléchargement en ligne fermée en 2012, encourt jusqu’à 20 ans de prison.

Trois ans après la fermeture de Megaupload, le sort de Kim Dotcom pourrait enfin être décidé.

Il a annoncé qu’il fera appel de la décision de la justice néozélandaise.

La justice néo-zélandaise a estimé mercredi 23 décembre 2015 que le fondateur du célèbre site de téléchargement pouvait être extradé vers les États-Unis.

Après un procès qui a duré neuf semaines, le juge Nevin Dawson a souligné qu’il existait des preuves accablantes justifiant cette extradition ainsi que celle des trois autres fondateurs de Megaupload.

La ministre néo-zélandaise de la Justice Amy Adams, qui devra donner son feu vert à toute mesure d’extradition, n’a pas voulu commenter la décision de justice.

[quote]‘Comme ce jugement est susceptible d’être frappé d’appel, il ne serait pas approprié pour moi de faire davantage de commentaires’, a-t-elle dit. [/quote]

En cas d’extradition et de procès aux États-Unis, Kim Dotcom encourt 20 ans de prison.

Une mafia du piratage

Le département américain de la Justice et le FBI accusent l’entrepreneur allemand d’être l’architecte d’un pillage en ligne à grande échelle grâce à Megaupload, son emblématique plateforme de téléchargement direct, fermée par la justice américaine début 2012.

Le domicile de son fondateur avait été la cible d’un raid spectaculaire organisé par la police néo-zélandaise, avec le soutien des renseignements américains.

Kim Dotcom et trois anciens de Megaupload (Finn Batato, Mathias Ortmann et Bram van der Kolk) sont accusés d’avoir tiré de leur activité 175 millions de dollars de profit et causé des centaines de milliards de dollars de pertes aux ayants droit des oeuvres musicales, films et autres produits piratés.

Recherché pour fraude, racket et blanchiment, Kim Dotcom se défend de toute infraction, en se présentant comme un entrepreneur du Net.

[quote[Selon lui, son site faisait de son mieux pour éviter les violations de droits d’auteurs, mais avait 50 millions d’utilisateurs quotidiens et ne pouvait contrôler la totalité de leur activité.[/quote]

[quote]De son côté, le juge a ‘estimé que les éléments à charge pesant contre lui n’étaient pas ‘de nature triviale’.

Ils pointent de graves fautes en relation avec environ 175 millions de dollars de droits d’auteurs, qui sont dits perdus par leurs détenteurs.

Il est approprié que ces détenteurs de droits d’auteur puissent être entendus lors d’un procès.’[/quote]

Kim Dotcom semble décidé à se battre.

Dans une interview au journal NZ Herald, il a expliqué disposer désormais des financements nécessaires à sa défense en Nouvelle-Zélande suite à une décision récente lui donnant accès à 50 millions de dollars qui avaient été gelés à Hong Kong.

Il entend saisir la justice hongkongaise afin de réclamer plus de deux milliards de dollars de dommages et intérêts pour la fermeture du site.

C’est là-bas qu’il avait créé Megaupload en 2005.

[quote]‘J’en ai assez d’être sur la défensive.
Je veux passer à l’attaque et 2016, a-t-il prévenu, visiblement confiant.

Mon équipe et moi avons bien relu la décision de la cour.
Elle est faible, presque un cadeau de Noël déguisé.
Wouhou! #appel’, annonçait-t-il sur son compte Twitter, avant de publier une vidéo de lui en train de rire aux éclats.[/quote]

Clic pour lire toutes les actus sur megaupload.
Clic pour lire toutes les actus sur Kim Dotcom.

0
0

Commentaires

Laisser un commentaire