Secunews
Divers

Décés de Paulo Pinto, aka CrashFR

Décés de Paulo Pinto, aka CrashFR

Paulo Pinto, que beaucoup d’entre-nous ont cotoyé sous le pseudonyme de CrashFR, s’en est allé dans la nuit aprés un tragique accident de scooter à l’‚ge de 30 ans.

Quand il a commencé le bidouillage, trés tôt dans sa vie et bien avant les années 2000, Paulo avait compris l’enjeu de la technologie et avait découvert ses deux leitmotiv.

D’abord, s’attacher co?te-que-co?te à ce que la connaissance soit partagée.

En membre du hacking français de la premiére heure, il avait apporté la culture du partage et de l’entraide, n’hésitant pas à rendre publiques des informations qui lui ont values les foudres de bien des institutions.

Sa liberté, Paulo la mettait volontier en retrait quand il devait défendre le droit à l’information et l’accés aux connaissances.

Son deuxiéme leitmotiv consistait en l’accompagnement des jeunes, et il en a guidé, des débutants, des newbies, des amateurs, guidés, pour les amener vers un niveau de connaissance que seule sa patience pouvait garantir.

Guidés aussi, parce qu’il se faisait une mission de faire en sorte que “des gamins de 14 ou 15 ans, qui découvrent le monde merveilleux de la connaissance, n’aient pas la tentation de verser du mauvais côté”, comme il le déclara plusieurs fois en interview.

De ses deux volontés, Paulo n’en a l‚ché aucune, en fondant et en agissant comme un moteur pour HZV, Crash voulait que perdure la culture du hacking telle qu’elle était née au moment o? lui-même venait au monde.

Il a fondé puis animé le magazine “HackerzVoice”, qu’il participera à faire redécouvrir sous le nom du “The Hackademy Journal” quand les ennuis contraindrons The HackerzVoice à se taire.

Du magazine, il créé une communauté, qui s’étend partout en France.

D’abord à Paris, avec la premiére “Hackademy School”, qu’il porte du bout de ses bras et qu’il n’aura de cesse de pousser vers l’avant.

Puis, il prend son b‚ton de pélerin, et soutient en province la création d’associations locales, regroupées sous un même drapeau (celui des Hackademy Schools) aux quatre coins de la France.

La communauté s’étend et Paulo touche à son but de proposer un véritable accueil pour tous les amateurs de technologie et les garder dans le droit chemin quels qu’ils soient et quoi qu’ils aient fait.

Puis vint pour Crash un nouveau costume, celui du chef d’entreprise.

En créant “Sysdream”, Paulo a apporté à la sécurité informatique le pragmatisme et la crédibilité qui lui manquaient.

Il défendait l’idée que la sécurité devait être testée en conditions réelles avec des assaillants réels, et que l’Ethical Hacking et l’audit offensif étaient nécessaires.

Et tenait la preuve, n’hésitant pas à promouvoir conjointement des actions choc, menées de front par Sysdream et HZV.

En soutenant “la Nuit du Hack” toutes ces années, et en créant “Hack In Paris” en 2011, Crash défendait l’idéal d’un monde o? les hackers et les entreprises travaillaient de concert, un monde qu’il touchait du doigt, réguliérement.

Crash est toujours à la barre quand la société d’édition qui posséde la marque The Hackademy ferme ses portes.

Sur tous les fronts, il défendra sa communauté en se battant des semaines entiéres pour qu’elle ne soit pas abandonnée à un liquidateur judiciaire, pour récupérer ses droits sur le site et les noms de domaines, avec pour ambition de rendre à The Hackademy sa liberté et son indépendance.

Crash la nuit, Paulo le jour.

Lutter la nuit, pour arpenter le monde du hacking à sa maniére, avec sa joie et son humour et offrir la journée un service impeccable et une honnêteté de tous les instants.

Et malgré tout, il a su rester ouvert, à l’écoute, accessible et simple, en n’oubliant ses racines.

Voilà la vie de Paulo Pinto, aka CrashFR, dont nous pleurons aujourd’hui la disparition survenue trop tôt.

Cérémonie vendredi 9 décembre 2011 à 15h
…glise stella matutina
68,avenue du maréchal foch
92210 saint cloud (France)

Inhumation à 16h30
Cimetiére communal de saint cloud
114,avenue du maréchal foch
92210 saint cloud (France)

Laisser un message dans le livre d’or

Voir aussi:

Un siécle de sécurité informatique, radio, télécommunication

0
0