Secunews
Internet

Attention: L’arnaque ‘aux diamants d’investissement’ sévit en Belgique

Attention: L’arnaque ‘aux diamants d’investissement’ sévit en Belgique

Depuis quelques mois, l’arnaque aux diamants sévit en Belgique.
Rien que d’avril 2017 à juillet 2017, près de 100 plaintes ont été déposées par de nombreux Belges, auprès de la police et des organisations de protection de consommateurs.

Le principe est aussi alléchant qu’insidieux.
Il fait miroiter des investissements juteux mais pompe une bonne partie de vos économies.

Des sociétés proposent, par Internet essentiellement, d’investir dans une “valeur-refuge”: le diamant.

Souvent, ces sites sont de la poudre aux yeux.

L’idée proposée est d’acheter un diamant à une société.
Celle-ci propose de le revendre directement sur le marché.
Une plus-value est alors souvent constatée par lesdits “investisseurs”.

Ils récupèrent, la première fois en tout cas, le montant de la plus-value sur leur compte.
Séduits par le concept, ils investissent dans de plus grosses pierres.

“Dès que les consommateurs reçoivent un premier virement et sont, de la sorte, rassurés et convaincus, l’entreprise qui arnaque les pousse à investir plus”, confirme-t-on à la FSMA, l’Autorité des services et marchés financiers.

“Dès que le montant devient plus considérable, il n’y a plus d’argent à récupérer.”

Test-Achats dénonce l’arnaque au placement.

Une trentaine” de plaintes leur est parvenue.

Les professionnels de l’escroquerie financière débordent d’imagination et certains épargnants succombent d’autant plus facilement aux promesses de gains juteux que les rendements des placements traditionnels sont faibles” , indique-t-on.

“Après un premier versement, la victime ne parvient plus à joindre son pseudo-banquier et ne revoit jamais la couleur de ses économies.”

Du côté de la FSMA, on le confirme:
“Le nombre de plaintes augmente de mois en mois.”
Même son de cloche auprès de Test-Achats qui met en garde les consommateurs depuis le mois de mars 2017.

Vincent, Liégeois de 40 ans, regrette : “J’ai récupéré ma première plus-value puis plus moyen de contacter la société, j’ai perdu 600 euros.”

Au moindre doute, il vaut mieux ne pas investir.

Le meilleur conseil reste d’injecter “votre argent dans ce que vous connaissez et comprenez” , insistent les spécialistes.

Si toutefois, vous avez succombé à l’appât du gain et que vous vous êtes fait avoir, il convient d’en avertir la police locale qui prendra bonne note de votre mésaventure.

Quels signaux doivent mettre vos sens en éveil ?

– Vous ne savez pas trop qui se cache derrière le site ou la page Facebook.
– Le site n’est pas agréé par une autorité financière.
– Il faut laisser une adresse e-mail et un numéro de téléphone pour être recontacté.
– Notez que des escrocs peuvent éventuellement déjà disposer de vos numéros de téléphone et d’adresses piratés sur des sites spécialisés ou le plus souvent échangés ou revendus. Méfiez-vous donc des démarchages par téléphone en matière d’investissements!
– Le site adopte une posture d’honorabilité pour rassurer les visiteurs, publie des articles de presse, des reportages censés donner du poids à ses arguments.

Quelques conseils:

– Vous avez un doute? Passez votre chemin! Ne donnez pas suite aux sollicitations, ne les relayez pas auprès de tiers.
– Quitte à faire appel à un intermédiaire financier, préférez les organismes ayant pignon sur rue/web, dont vous êtes totalement sûr.
– Investissez votre argent dans ce que vous connaissez et comprenez.
– N’investissez pas dans une seule valeur, diversifiez vos placements. Si l’un d’entre eux baisse fortement, cela n’affectera qu’une toute petite partie du portefeuille.

Vous vous êtes laissé surprendre ?

– Si vous avez été victime d’un délit, déposez plainte à la ‘police locale‘.
– Signalez l’arnaque sur le ‘point de contact du SPF Economie‘.

 

0
0

Commentaires

Laisser un commentaire