Secunews
Informatique Internet

Google a reçu 70.000 demandes de droit à l’oubli dont 2.300 de Belgique

Le moteur de recherche américain a commencé, depuis un mois (juin 2014), à appliquer le « droit à l’oubli » prescrit par la Cour européenne de Justice.

Google a indiqué jeudi avoir reçu 70.000 demandes de retrait de liens concernant des internautes européens depuis le 30 mai 2014, date à laquelle le moteur de recherche américain a commencé à appliquer le « droit à l’oubli » prescrit par la Cour européenne de Justice.

Un formulaire en ligne.

Le géant américain a mis en ligne le 30 mai un formulaire accessible aux Européens pour demander la suppression de résultats de recherche, se conformant ainsi à la décision de la justice européenne, qui avait estimé que les particuliers avaient le droit de faire supprimer les liens vers des pages comportant des informations personnelles périmées ou inexactes.

Environs 1.000 demandes par jour.

Après un pic le premier jour, au cours duquel Google avait reçu plus de 12.000 demandes, le nombre de requêtes « s’est maintenant stabilisé à approximativement 1.000 en moyenne par jour à travers l’Europe », et a ainsi « dépassé les 70.000 demandes au total entre le 29 mai et le 30 juin 2014 », assure le moteur de recherche.

Google nous apprend que 2.300 d’entre elles proviennent de Belgique et ce, même si le nombre total d’URL à censurer est probablement encore largement supérieur du fait que l’on peut exiger plusieurs suppressions par demande.

Les pays les plus représentés sont:

La France avec 14.086 demandes
L’Allemagne avec 12.678 demandes
Le Royaume-Uni avec 8.497 demandes
L’Espagne avec 6.176 demandes
L’Italie avec 5.934) demandes.

Au total, les requêtes portent sur le retrait de 267.550 liens, selon Google qui explique que chacun d’eux « doit être traité individuellement ».

Ajoutons cependant que c’est Google même qui décide de supprimer ou non les résultats des recherches.

Clic pour accéder au formulaire en français.

0
0

Commentaires

Laisser un commentaire